Dr. Aida REBAI


  La vie est la meillere école Veux tu être un excellent élève? 


Laviemaime.com




Dans une dynamique d'évolution, changer, n'est pas nécessairement jetter les vielles chaussures et en acheter d'autres nouvelles, il ne s'agit pas toujours de changer de systéme ou d'outils.

Porter un regard nouveau sur les anciens systèmes peut nous apporter une telle richesse et rapidement, car contrairement à la mise en place d'un processus, système ou outils qui nécessitent un certain temps et ressources pour la réalisation et la mise en oeuvre, changer de perception et d'intention envers ce qui est déjà existant est instantané et se passe ici et maintenant, donc à la vitesse de la lumière si on peut dire. Je vous laisse vous amusez à cette gymnastique ce qui vous vient à l'esprit en lisant ces mots :)

Je ne suis pas entrain de dire que inventer et innover n'est plus nécessaire, je veux justement inclure le concept "changer de perception" dans la case des inventions et de l'innovation comme principe général.

Et là encore, je ne prétends pas réinventer la lune, car c'est un fonctionnement humain naturel, je viens juste porter de la conscience sur ce que l'on faisait inconsciemment.

A ce propos, je cite une métaphore qui m'a fait marrée et j'avais envie de la partager avec vous, surtout écoliers du temps anciens comme moi.

Combien de fois on a eu des avertissements de la part du maitre de l'école car on n'a pas appris le poéme de la semaine?

Combien de fois on a répété cent cinquante fois la phrase en punition (contravention pour mes compatriotes) pour apprendre l'orthographe?

Combien de fois on a eu un retenu en classe comme sanction, car ni l'avertissement ni la contravention de répétition était suffisants pour s'alligner?

Et combien de fois on a eu des tapes sur les mains qui faisait mal et souffrir quand le maitre arrive au bout de sa tolérence envers la resistance de l'élève.

Si on regarde bien, ce génie de l'éducation est inspirée de la sagesse universelle.

Et si l'univers est entrain justement, de nous envoyer des avertissements sous forme de murmures et de signaux à chaque instant?

Et si justement, il nous fait vivre des shémas répétitifs dont seulement les circonstances et les personnages changent mais le scénario reste le même?

Et si justement, quand ça bloque et on sent que toutes les portes se ferment et que l'on se retrouve retenu dans un seul endroit et une seule situation?

Et enfin si toutes les souffrances et douleurs étaient son dernier recours vers nous pour nous secouer?

Maintenant ça dépend du regard que l'on porte sur les deux histoires, si on choisit de considérer que le maître de l'école est une personne cruelle, dure et sans coeur et qui cherche à infliger du tort à son élève même pour la bonne raison qu'il veut son bien à l'élève, ou alors lui accorder le bénéfice du doute et considérer que même si les actions portaient de la fermeté, le maître agit avec beaucoup de bienveillance et d'amour pour ses élèves, car justement il cherche à les faire grandir.

Ainsi, est aussi un choix individuel, ou bien considérer que la vie est dure et un perpetuel combat et que ce qui se passe est contre nous, qui est en lui même un point de vue intéressant, ou alors, choisir de marcher dans sa vie avec l'esprit d'un élève qui à chaque étape s'élève avec les enseignements d'un plus grand professeur que lui aussi bienveillant et aimant qu'il lui met à disposition tout ce qui se passe dans la vie.

Des points de vue différents conduisent à des expériences de vie différentes.

On peut aussi bien apprendre par la souffrance que par la sagesse, tout dépend du niveau de conscience que l'on a par rapport à soi même dans la dynamique unverselle de la vie.

La souffrance est le maître.

La sagesse est la leçon.

 

With Love

Me